• dim. Juil 3rd, 2022

Répression brutale des Enseignants : Le SDF s’indigne

ByTech237

Fév 2, 2020


C’était par le biais d’une déclaration incendiaire de ce parti politique tenu le 31 janvier en marge d’un grand meeting populaire dans le Mfoundi7.
Stupéfaction, indignation et colère, tel était l’expression qui se dégageait du visage d’Emmanuel Ntonga, candidat du Social democratic front (SDF) à la députation dans le Mfoundi pendant la lecture de cette déclaration face aux Hommes de médias. Déclaration en rapport à la brutalité dont on fait montre les forces de l’ordre face à des enseignants qui n’avaient pour seul armes que leurs barres de craie. En effet, selon des sources, un groupe d’enseignant a été brutalisé par des Hommes en tenue alors que ceux-ci voulaient simplement rendre un hommage mérité à l’un des leurs tombé la craie à la main au lycée de Nkolbisson le 14 janvier dernier. Ainsi, par sa voix, le parti de la balance a profité d’une campagne de séduction des électeurs de la ville aux sept collines précédées d’une caravane pour fustiger avec la dernière énergie cet acte de barbarie d’un autre genre. Et exige que ceux qui l’on commis soient sévèrement punis.
« Considérant les évènements qui se sont déroulés au Centre hospitalier universitaire (Chu), considérant la mort d’un enseignant au lycée de Nkolbisson…Nous, candidats aux législatives dans le Mfoundi condamnons avec la dernière énergie ces actes qui n’honorent ni les enseignants, ni l’école », a indiqué, tête de liste des candidats SDF à la députation dans le centre. Avant d’ajouter : « Brutaliser les enseignants signifie détruire ceux qui nous ont formés et pour cela, les candidats du Sdf dans le département du Mfoundi demandent que soient sanctionnés tous ceux qui ont perpétrés ces actes de violence sur ces enseignants »
Réformes
Pour cela, face aux militants et militantes de l’arrondissement de Yaoundé 7, le SDF a promis si ses listes sortent vainqueur au soir du 09 février d’apporter des réponses légales sur deux points essentiels à savoir : La violence en milieu scolaire et les manifestations publiques. Pour le premier cas, ils ont promis d’ajouter à la loi sur les manifestations publique la mention que « si après une heure de temps le récépissé d’un demandeur n’est pas délivré, cela est considéré comme une faute et la manifestation est légale ».
En ce qui concerne les réformes scolaires, le projet de campagne du Sdf vise une très grande protection des enseignants et des élèves avec l’introduction des caméras aussi bien dans l’enceinte de l’établissement qu’à l’intérieur des salles de classes.
Julien Efila

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.