• lun. Août 8th, 2022

Malades d’hémodialyse : Un mouvement d’humeur évité de justesse

ByTech237

Fév 25, 2020

Les malades souffrant d’insuffisance rénale ont tenté un mouvement d’humeur ce jour devant le bureau du Directeur Général du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Yaoundé.

D’après les malades souffrant d’insuffisance rénale et sans espoir de se faire dialyser, le Directeur du CHU a fui ce matin24 février 2020 à leur arrivée, les y abandonnant jusqu’à 15 heures quand un autre Médecin est venu leur demander de descendre plutôt à l’unité chargée de dialyser les malades. C’est d’ailleurs grâce à cette intervention au moment de notre arrivée sur le terrain que le mouvement d’humeur des dits malades n’a finalement plus eu lieu. Faut-il le rappeler, c’est parce qu’un malade a fait appel à nous que nous nous y sommes rendus. Malheureusement, sur place, personne n’était prêt à parler car ceux qui étaient apparus lors du mouvement d’humeur du 20 décembre 2019 à l’hôpital Général de Yaoundé à la télévision subissent actuellement les affres de cette « audace. » En quelque sorte, non seulement ces malades sont entre le marteau et l’enclume, mais en plus ils n’ont pas le droit de crier leur colère et leur misère face à la torture qu’ils subissent. En effet, au cour de l’audience à eux accordée par le Ministre de la Santé Publique Manaouda Malachie dont nous apprécions d’ailleurs la méthode de gouvernance, ce dernier leur avait fait des promesses, mais tout en disant que cela dépend beaucoup plus de la disponibilité financière devenue intermittente à cause des difficultés liées à la guerre dans 3 Régions du pays. Au cours de cette audience d’ailleurs, ces malades avaient dit qu’ils avaient sollicité cette audience parce que le Docteur Kaze leur avait demandé de se préparer car en fin d’année, il n’y aurait plus de stock des produits disponible pour s’occuper d’eux. Le Ministre avait alors posé la question de savoir ce que signifiait la réponse du Directeur du CHU en ces termes : « Il vous demande de vous préparer à quoi ? » Et les malades avaient répondu de manière péremptoire en ces termes : « A mourir ! »

La misère des malades

            Non seulement les malades n’ont pas de moyens pour cette maladie dont le traitement n’est pas à la portée de toutes les bourses, mais en plus, comme ils avaient d’ailleurs dit au Ministre, la corruption est une gangrène qui leur fait voir de toutes les couleurs au CHU. Par exemple, on peut vous demander de passer le matin à 08 heures pour vous faire dialyser, et c’est le lendemain qu’on vous dialyse après vous avoir fait passer la nuit à l’hôpital au bonheur des moustiques. Depuis la dernière audience avec le Ministre en décembre dernier, plusieurs de leurs camarades ont tiré leur révérence. Comme disait Henry Ford :« Lorsque tout semble aller contre vous, souvenez-vous que les avions décollent toujours face au vent. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.