• lun. Août 8th, 2022

L’éditorial de Léonard Fandja

ByTech237

Août 3, 2019

L’Editorial de Léonard Fandja

Il y a quelques jours, une information très importante relative à l’acquisition des terres en Afrique par les entreprises chinoises était servie à l’opinion internationale par le site John Hopkins. Laquelle information a fait les choux gras de la presse véritablement patriotique. Pendant que le débat se poursuit sur le sujet dans les chaumières, voici venue une autre toute aussi importante et triste à la fois, sur l’endettement des pays africains vis-à-vis de l’Empire du milieu. Ces informations sont accompagnées par des graphiques qui dissipent toute incompréhension. S’agissant de l’information relative à l’acquisition des terres en Afrique, l’on apprend que de 1987 à 2016, la Chine acquis environ 261 000 hectares de terre en Afrique. A la lecture des données chiffrées, l’on constate que le pays de Ferdinand Ngoh Ngoh et de Louis Paul Motaze a bradé près de 125 000 hectares de terre aux entreprises chinoises, devenant de ce fait champion toute catégorie sur 17 pays dans cet exercice. Relevons aussi que parmi les 17 pays, il y a 8 pays francophones, 8 pays anglophones et 1 pays lusophone. Qu’en plus, sur environ 261 000 hectares de terrain acquis, la Chine a reçu 47,89% du Cameroun, 15,71% des 8 pays anglophones, 24,52% des 7 autres pays francophones, et 11,88% du seul pays lusophone qu’est le Mozambique. Ce qui frappe et surprend dans cette liste est l’absence d’un pays comme l’Ethiopie qui est le fleuron de la coopération Chine-Afrique ; un pays qui a fait un très grand bon dans son processus de développement grâce à sa coopération gagnant-gagnant avec le pays Mao. Autre surprise, le fait que la République Démocratique du Congo qui a elle aussi beaucoup bénéficié de la la coopération avec la Chine sous le Président Joseph Kabila Kabangue n’a cédé que moins de 1000 hectares de terre. Pour ce cas l’on peut facilement comprendre que Joseph Kabila faisait partie des quelques Chefs d’Etat patriotes qui préservent jalousement les richesses de leurs pays face aux prédateurs. La Côte d’ivoire comme le Togo, à la surprise générale, n’ont pas cédé plus de 1000 hectares aux entreprises chinoises. Les mauvais élèves parmi les pays anglophones sont le Zimbabwe et …le Nigéria. Surprenant pour le Nigéria tout de même quand on sait qu’il est le pays le plus peuplé d’Afrique.
Endettement vis-à-vis de la Chine
S’agissant de l’endettement des pays africains vis-à-vis de la Chine, une fois de plus le Cameroun garde le maillot jaune avec 90 milliard de dollars US de dettes cumulées, sur un total de 232 milliard de dollars US de dettes octroyées à 50 pays africains. Ici, l’Ethiopie apparaît parmi les 7 pays de tête ; ce qui est compréhensible au regard de la métamorphose qu’a connu le pays de l’Empereur Hailé Sélassié avec des infrastructures futuristes et une compagnie aérienne qui tutoie les compagnies occidentales. En valeur relative, le pays de Paul Biya a reçu en 10 ans, 38, 8% et le reste des pays (49), 61,2% de dettes cumulées.
Quand les autorités Camerounaises chantent tout le temps que la dette du Cameroun est encore soutenable, donc environ 30% de son Produit Intérieur Brut, il y a lieu de s’inquiéter dans la mesure où l’on a remarqué ces dernières années, un endettement à outrance du pays de Chief Dion Ngute. Laurent Gbagbo disait ceci : « On peut travailler sans s’endetter. Moi, je construis Yamoussoukro sans m’endetter. Dès qu’on vend le pétrole, j’investis cet argent dans ces chantiers. Si vous voyez les bâtiments qu’il y a là-bas, ils sont costauds ; et nous n’avons pas une dette. On peut faire des choses pour son pays sans l’emmener au bord du gouffre. On peut travailler du point de vue de l’économie sans sur-endetter la Côte d’Ivoire. »(29-decembre-2009). L’absence de transparence dans cet état de chose démontre que l’obscurantisme managerial du gouvernement qui a cours en ce moment au Cameroun, pourrait constituer une des choses ayant plombé la décentralisation, et causé la guerre actuelle dans les régions du Sud-Ouest et Nord-ouest. C’est d’autant plus évident que même dans le camp du parti au pouvoir, les Maires appellent de leurs vœux et ce depuis des années, la décentralisation effective. Quand on sait que les populations des régions du Sud-ouest et Nord-ouest exigeaient d’abord la décentralisation effective qui n’existe que sur le papier (constitution) avant de monter de plusieurs crans pour revendiquer le fédéralisme pour certains et la sécession pour d’autres. La curiosité est qu’avec cet endettement, les travaux ne sont accélérés nulle part. Pas de transparence non plus dans la gestion des retombées de ces ventes de terrain et endettements. Il va falloir 20 ans pour réaliser une autoroute de 240 km à un coût faramineux entre Douala et Yaoundé alors qu’au Kenya, l’on a construit 480 km de voie ferrée en 2 ans, et 400 km d’autoroute entre Fes et Oudja au Maroc- en 1 an. Le Cameroun est-il maudit ? Avec ça, les thuriféraires du régime viendront taxer les Lions indomptables d’anti patriotiques quand ils exigent 40 millions de prime de participation à la CAN TOTAL EGYPTE 2019. L’on peut affirmer que les autorités camerounais sont engagées dans la voie du capitalisme tel que définit par le Guide Mouammar Kadhafi de regrettée mémoire : « Le capitalisme signifie que les grosses industries dirigent les pays, le monde et les peuples souffrent.»
Léonard Fandja

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.