• mer. Sep 28th, 2022

Lancement officiel du projet de filialisation des services de comptages d’électricité au Cameroun : L’Arsel et la BAD en symbiose.

ByTech237

Fév 21, 2020

La cérémonie de lancement officiel de ce projet novateur de comptages d’électricité à eu lieu ce jeudi à Yaoundé.

    

D’un montant global de près de deux cent quatre vingt onze millions de francs cfa (291 000 000fcfa) entièrement financé par le Fond d’Assistance Africain au secteur Privé (FAPA), le projet de Filialisation des services de comptages d’électricité a été lancé officiellement ce jeudi 20 Février 2020 à l’hôtel Mont Febe de Yaoundé par le Secrétaire Général du ministère de l’EAU et de l’ENERGIE, en présence de l’Ambassadeur du Japon au Cameroun, Son Excellence Tsutomu Osawa, du représentant intérimaire de la BAD pour la circonstance Mr N’Kodeh, du Directeur général de l’agence de régulation du secteur de l’électricité au Cameroun Jean Pascal Nkou et de nombreux partenaires nationaux et internationaux. Pour une durée globale de dix huit mois (18mois) ce projet qui s’inscrit en parfaite harmonie avec les objectifs de la Banque Africaine de Développement comme nous l’explique son représentant pour la circonstance «ce projet qui est d’une très grande importance pour la BAD et qui bénéficie d’un financement du FAPA est parfaitement en ligne avec deux des cinq grands plans stratégiques de notre organisation dénommés I5 à savoir éclairer l’Afrique et la doter en énergie mais également industrialiser l’Afrique » vise à remédier au déficit de comptage de la consommation dans le secteur électrique du Cameroun, en soutenant le régulateur national et le secteur privé(groupement de PME), par la fourniture d’une assistance technique pour l’élaboration de règlement et de directives destinés à créer et d’agréer de nouvelles entités-fournisseurs de dispositifs de comptage(FDC)en vue de la sanctuarisation des services de comptage de l’électricité et du déploiement massif de compteurs dans le pays par les parties prenantes compétentes. Ce projet vise en fait, à l’amélioration de la qualité de la fourniture électrique pour ceux des camerounais qui ont déjà des compteurs sans pour autant faire fi de ceux qui n’ont pas encore des compteurs. Comme l’explique si bien le Directeur général de l’ARSEL Jean Pascal Nkou « les actions consistent à améliorer la qualité de la fourniture électrique pour ceux qui ont déjà des compteurs sans oublier ceux qui n’en ont pas, et qui ont le droit d’en avoir. Le projet de la BAD vise donc à renforcer les capacités des services de comptages du secteur privé en matière de comptage de l’électricité afin de combler le déficit » .Il s’agit donc pour la BAD et l’ARSEL de multiplier par deux (02) ou par trois (03) le nombre de compteur actuel qui est actuellement d’un million huit cent mille (1 800 000) d’ici à 2030 soit 10ans en faisant la promotion de la vulgarisation des compteurs intelligents. Le Directeur a profité de la circonstance pour demander au secteur privé Camerounais de s’intéressé d’avantage à la production locale des compteurs électrique afin de diminuer le volume des importations. Rappelons que l’Agence de Régulation du Secteur de l’Electricité (ARSEL) a été instituée par la loi n° 98 /022 du 24 décembre 1998, régissant le secteur de l’électricité. Cette loi a été modifiée et complétée par la loi n°201/022 du 14 décembre 2011 consacrant la libération du secteur de l’électricité au Cameroun. Elle a le statut d’établissement public au sens de la loi n°2017/010 du 12 juillet 2017 portant statut général des établissements publics. Elle est placée sous la tutelle technique du Ministère de l’Eau et de l’Energie et sous la tutelle financière du Ministère des Finances.


Espérons juste que ce projet permettra de résoudre la montagne de problèmes que connaissent les camerounais depuis bel lurette en matière de fourniture et de qualité de l’énergie électrique et que le sempiternel problème de rationnement sera définitivement résolu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.