• jeu. Juin 30th, 2022

Journée internationale de la Femme 2020 : Chantal Biya en parfaite communion avec les femmes

ByTech237

Mar 9, 2020

En parfaite communion, la première Dame, Chantal Biy a s’est associée aux dames ce dimanche 0 8 mars pour célébrer la Journée dédiée à la femme.

En prenant part au boulevard du 20 mai au défilé marquant l’apothéose de la 35 édition de la journée internationale de la femme, l’épouse du Chef de l’Etat a renouvelé son engagement et réaffirmé la ferme volonté du Président de la République pour l’avancement des droits de la femme dans une société camerounaise résolument tournée vers l’égalité des sexes, la promotion et la protection des droits de la gente féminine. Le thème de cette édition au Cameroun, à savoir : « Promotion de l’égalité des sexes et protection des droits de la femme à l’horizon 2020 : Dresser le bilan des actions menées, fixer u n n o u v e a u c a p » étantassez illustratif. Le Ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille, Marie Thérèse Abena Ondoua, la Première Dame ainsi que toutes les amazones de la loge d’honneur, habillées aux couleurs du pagne de la fête ont pendant plus de deux heures, apprécié le passage des centaines de milliers de femmes donnant la voix en battant le macadam. On pouvait lire sur les pancartes et autres banderoles des messages de promotion de l’égalité des sexes, de paix, de cohésion sociale et du vivre ensemble. En signe d’encouragement, la First Lady a régulièrement ovationné ses consœurs des wagons, souveraineté, défense et sécurité ; Enseignement, Formation et emploi ; Production et commerce ; Associations des femmes du Mfoundi. Le fait le plus marquant de cette édition étant le passage des wagons constitués des femmes du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Ces dernières ont gratifié le public d’une belle danse folklorique agrémentée de chants d’unité au point de faire lever la première Dame et toute la loge d’honneur avec elle. Toutefois, au moment où les lampions de la 35ème édition de la Journée internationale de la Femme s’éteignent avec le passage du dernier wagon de femmes au boulevard du 20 mai et dans toutes les Régions, il convient de s’interroger sur le sens réel que prend la célébration de cette journée censée être dédiée à la réflexion, la sensibilisation, la mobilisation des unes et des autres sur les problématiques liées aux droits de la femme dans notre pays. En effet, loin de la réflexion, on assiste plutôt à toutes sortes de dérives, de désordre et d’égarement grave dans les rues. Preuve que la femme camerounaise n’a pas encore pris la mesure de ce qui est censé représenter le « 8 mars. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.