• mar. Juil 5th, 2022

Insécurité à Bangangté : La population est aux abois.

ByTech237

Fév 1, 2022

Depuis un certain temps, la recrudescence des actes criminels a pignon sur rue dans la ville de Bangangté.

Au moment où l’on déplore la recrudescence des actes d’agression dans la ville de Bangangté, il va s’en dire que les mesures sécuritaires actuelles ne sont pas adaptées à la nouvelle donne. Et comme les Empiriques disent : «  Toutes nos connaissances dérivent de l’expérience, » il importe que les autorités actuelles de la ville jettent un coup d’œil dans le rétroviseur pour s’inspirer de ce qui était fait autrefois pour juguler ce fléau. En effet, la remarquable collaboration qui existait fort heureusement entre le Préfet Haman Wabi, le Sous-préfet Bandja Njoh Aurelien et Madame le Maire d’alors Célestine Ketcha Courtes, l’actuelle « Mairesse du Cameroun » selon Monsieur le Maire de Nkongsamba 1er El Hadj Oumaroun et Ministre de l’Habitat et du Développement Urbain. En effet, alors Maire de la ville de Bangangté, la Reine-Mère Ketcha Célestine épouse Courtes avait organisé les états généraux de la sécurité regroupant les responsables de l’UDM, les promoteurs de mini cités, les chefs traditionnels, les moto taximen et les forces vives sociales et économiques, présidés par le Préfet HAMAN WABI. Le Divisionnaire Som Mbende alors Commissaire de Sécurité publique, de concert avec les autres responsables en charge de la sécurité publique s’étaient appropriés les résolutions de ces assises qui avaient permis aux populations d’adhérer au concept « Système de sécurité communautaires » dont les résultats probants et concrets sont contenus dans les archives consultables de la Mairie et des Services en charge de sécurité dans la ville. En d’autres termes, l’on était dans la gestion participative de l’insécurité pour garantir la sécurité des hommes et des biens, dans la « Ville durable et onusienne. » Puissent le Maire et ses Collaborateurs ainsi que les Autorités administratives s’inspirer de cet exemple pour redonner confiance à la population ? La priorité devrait être là plutôt que dans les règlements des comptes des certains employés de la Mairie mis au chômage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.