• jeu. Juin 30th, 2022

Fausses Cartes Nationales d’identité : Le coup de filet de la police camerounaise

ByTech237

Mai 31, 2018

Fausses Cartes Nationales d’identité : Le coup de filet de la police camerounaise

Fin de course pour un gang de faussaires.

Les fins limiers de la police du 4e Arrondissement de la ville de Yaoundé à Ekounou, ont mis la main hier 30 mai 2018 sur un gang de fabricants de fausses cartes nationales d’identité au quartier Ngoa-Ekelé à Yaoundé. Ces enfants âgés de moins de 30 ans étaient déjà passés Maîtres dans la fabrication de fausses pièces d’identité. Certains éléments de la bande sont encore en fuite et ne sauraient courir pour longtemps.

Ce coup de filet qui contribuera à coup sûr à honorer cette police qui n’arrive pas toujours à s’organiser pour être présente sur les grands artères de nos villes les après-midi pour rendre la circulation plus fluide, est d’autant plus important que ces Experts d’un autre genre pourvoyaient par exemple ces arnaqueurs des réseaux sociaux qui pouvaient ainsi facilement se faire identifier auprès des société des téléphonies mobiles avec de fausses cartes pour spolier les nobles citoyens de leur biens.

Toutefois, les prouesses de ces enfants ne devraient-elles pas aussi interpeler le gouvernement du Cameroun qui n’accorde vraiment pas de la considération à ces genies qui sont tapis à l’avenue Kennedy à Yaoundé et qui font des merveilles sur le plan technologiques ? Certains camerounais vivant en Allemagne avaient proposé leurs services à de meilleurs coûts lorsqu’il fallait attribuer le marché de la carte biométrique à Elécam ; mais puisque le gouvernement du Cameroun donne toujours l’impression de satisfaire prioritairement la demande extérieure et surtout européenne, avec l’espoir de conduire les élections le moment venu en toute sérénité, ce gouvernement a refusé de valoriser ses enfants. Après l’on viendra organiser des conférences pour chercher à comprendre pourquoi les enfants meurent dans la Méditérranée. Le gouvernement du Cameroun doit valoriser ces chercheurs négligés qui sont à l’avenue Kennedy en trouvant un cadre convenable pour qu’ils se lancent dans la recherche. Avoir de grandes ambitions ne se limite pas seulement aux discours. Affaire à suivre.

Léonard Fandja

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.