• lun. Août 8th, 2022

Fake news : L’humanisme de Chantal Biya à l’épreuve

ByTech237

Avr 29, 2020

Comment comprendre qu’après plus de 10 ans d’assistance à une famille, la Première Dame n’ait pas le droit de l’arrêter ?

La famille Kemlikeu revient de loin ! En effet, les réseaux sociaux se sont emparés l’évènement : le simulacre de l’expulsion de la famille Kemikeu. Ce qui a failli lui couter gros comme on dit, en simulant l’expulsion pour forcer la main à la Première Dame Chantal Biya qui avait déjà arrêté de soutenir sa famille par le biais de sa Fondation. Les réseaux sociaux se le sont appropriés, et que n’a-t-on pas lu ? Surtout en cette période sensible qui semblait être le moment favorable pour elle, d’atteindre son objectif.

ces fake news

Avoir la mémoire courte

Ayant mis au monde des quadruplés dont le poids imposait un séjour dans la couveuse, et parce que deux des enfants ont été faits homonymes du couple présidentiel, la Première Dame, Madame Chantal Biya prend sur elle de sortir leurs homonymes de l’hôpital de la Police pour sa Fondation avec un coût journalier de 75 000 F par enfant dans la couveuse. La Fondation prend tout en charge et au moment de regagner leur domicile (un studio), la Première Dame les fait loger à les « Children » pendant 1 an, le temps de négocier un appartement à la SIC.  Quelques temps après, un logement T4 leur est attribué par la SIC pour un loyer de 57 000 F ; le mari ou alors le père des homonymes du couple présidentiel est recruté à la Présidence comme Chauffeur ; les enfants sont inscrits  gratuitement à l’école « Les Coccinelles » de la Présidence de la République. La Fondation Chantal Biya paie le loyer à la famille pendant 10 ans. Après dix ans de prise en charge, la Fondation demande à la famille de s’occuper elle-même du loyer. Malheureusement, rien n’est fait et Madame Kemilkeu devenue Veuve entre temps, demande à la Première Dame de lui faire cadeau de l’appartement. Ce qui est très difficilement faisable dans la mesure où le couple présidentiel a beaucoup d’homonymes dont il s’occupe et à qui il n’a pas donné de maison. La famille accumule les arriérés de loyers pendant 1 an et dame Kemlikeu, mal conseillée croit pouvoir procéder par le chantage en simulant une expulsion du dit logement, pour amener la Première Dame à lui offrir cet appartement. L’on peut dire qu’elle a malgré tout atteint son objectif puisque Madame la Ministre de l’Habitat et du Développement Urbain Madame Célestine Ketcha épouse Courtes, a tenu une réunion à son Cabinet, précisément dans la salle des conférences avec la famille et le Directeur Général de la SIC. Au terme de cette réunion,  il a été demandé au Directeur Général de la SIC de trouver un appartement  de type T2 ou T3 de l’ordre de 30 000F par mois à la famille dans l’espoir que Dame Kemlikeu payera régulièrement le loyer. Après cette résolution, la famille s’est confondue en excuses adressées à la Première Dame Madame Chantal Biya, Ambassadrice des bonnes œuvres de l’Unesco, ainsi qu’à la Ministre de l’Habitat et du Développement Urbain.

Doit-on avoir peur de s’engager dans l’humanitaire ?

Fort de ce qui précède, l’on peut dire qu’il devient quelque peu risquant de se lancer dans l’humanitaire. Car comme dit cet adage : « Trop bon, trop con. » L’on dit souvent que c’est la personne que tu as aidée parfois qui te précipite dans le trou. Car après tant d’assistance, et sachant que la Première Dame est régulièrement sollicitée pour des milliers des cas similaires, il y a lieu de saluer une fois de plus sa générosité légendaire de Madame Chantal Biya.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.