• mar. Juil 5th, 2022

Conseil National du Crédit : Même votre téléphone peut déjà servir de garantie pour un prêt.

ByTech237

Mai 28, 2019

Conseil National du Crédit : Même votre téléphone peut déjà servir de garantie pour un prêt.

La cérémonie de lancement officiel de l’exploitation du Répertoire national des Sûretés Mobilières (RNSM) a eu lieu au Hilton Hotel de Yaoundé le 23 mai 2019.

Le Ministre des Finances Louis Paul Motaze a présidé au Hilton hotel de Yaoundé, la cérémonie de lancement officiel de l’exploitation du Répertoire National des Sûretés Mobilières (RSSM) dans l’après-midi du 23 mai 2019. L’élaboration du budget 2019 avait intégré l’organisation dela CAN 2019 au Cameroun avec toutes les retombées économiques évidentes et provisionnées. Le retrait de cette CAN au Cameroun a fait couler beaucoup de larmes et de salives. Néanmoins, dans le journal FINANCES Infos de Janvier – mars 2019, le Ministre des Finances Louis Paul Motaze rassurait en disant dans son éditorial : « Le Cameroun reste debout. » Pour mieux l’étayer, il affirmera : « Nos objectifs restent ambitieux et c’est àjuste titre dans la mesure où notre pays dispose d’un atout non négligeable. Il s’agit notamment du dynamisme de ses populations qui a induit la diversificationde l’économie. » Toujours dans le même éditorial, il dira : « Notre choix de politique économique demeure orientéencore cette année vers la consolidation budgétaire.Celle-ci consiste en matière de recettes, à mobiliser de manière optimale les recettes budgétaires internes non pétrolières. Ainsi, cela va-t-il se traduire en ce qui concerne les impôts ettaxes, en l’élargissement de l’assiette fiscale, la sécurisation des recettes et du circuit de collecte, le renforcement de lalutte contre l’évasion, la fraude et la rationalisation de la dépense fiscale. »

Contexte

Il est connu de tous que les banques Camerounaises sont sur liquides, mais sont très exigeantes quand il faut accorder des prêts à des opérateurs économiques (PME et PMI) qui dans d’autres pays ont servi de tremplin à l’émergence. La réticence des banques à accepter les actifs mobiliers comme Sûreté, la préférence pour la constitution des sûretés immobilières et l’absence d’un registre de garanties centralisé constituent un handicap à contribuer à l’augmentation du taux de productivité facteur et du taux de croissance. Autre conséquence, la diffulté d’accès au financement par les PME et les particuliers du fait de l’incapacité à produire les biens immobiliers préférés par les institutions financières en garanties des prêts accordés et le climat des affaires moins incitatif. Au regard des déclarations du Ministre des Finances relayées ci-dessus, il y a lieu de croire que le gouvernement en a pris conscience et dans le souci de booster le financement des PME et PMI, la facilitation d’accès aux crédits s’avères indispensables : Fournir un outil supplémentaire d’aide à la décision aux établissements assujettis ; aider à accroître l’accès aux crédits PME et PMI et des particuliers ; réduire l’asymétrie d’information financière et limiter le surendettement dela clientèle. Cela passe par la facilitation effective et la mise en place d’un Répertoire National de Sûretés Mobilières (RNSM) par le Conseil National du Crédit avec l’appui de la Banque Mondiale tel que les objets de sûretés mobilières (Téléphones portables, bijoux de valeurs, cheptel bovins, voiture, tracteurs ou moulin pour ne citer que ceux-là) puissent servir de sûretés donc de garantie pour l’accès aux crédits. La mise en ligne d’un portail web bilingue (Français et anglais) accessible via internet à partir de son ordinateur ou son téléphone mobile 24h/24 et 7J/7 régulièrement mis à jour (surtout que dans la plupart des ministère, quand il existe un site ou une page Facebook par exemple, il est rarement mis à jour), améliorera les relations entre les banques et ses clients contribuera à « mobiliser de manière optimale les recettes budgétaires internes non pétrolière et l’élargissement des recettes fiscales » et à accompagner ces « populations dynamiques » dont a parlées le Ministre des Finances dans son éditorial.

Léonard Fandja

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.