• lun. Août 8th, 2022

Bertoua : Un trafiquant d’ivoire aux arrêts

ByTech237

Mai 31, 2018

Bertoua : Un trafiquant d’ivoire aux arrêts

 

C’est à la suite d’une enquête sur un réseau de trafic d’ivoire dans les régions voisines de la région de l’Est que cette arrestation a été effectuée par des agents de la délégation régionale des Forêts et de la Faune.

 

Agé de 40 ans, l’homme a été interpellé au quartier Mandjou à Bertoua en possession d’un sac contenant des pointes d’ivoire et des dents d’hippopotame. Il a été conduit à la Légion de gendarmerie où son sac a été vidé de son contenu. Les enquêtes préliminaires révèlent qu’il aurait acheté ces pointes d’ivoire auprès d’un autre trafiquant à Ngong, une localité située à 45 km de Garoua, et se serait rendu à Bertoua pour les commercialiser. Il était sur le point de vendre les produits fauniques quand il a été arrêté par des gendarmes. L’opération a été réalisée en collaboration avec la gendarmerie et l’assistance technique de LAGA, une organisation non gouvernementale spécialisée dans l’application de la loi faunique

Cette opération met à jour un réseau de trafiquants qui existe entre les villes de Bertoua et de Garoua dans la région du Nord. Des sources indiquent que ce n’est pas la première fois que ce réseau traite de l’ivoire et d’autres produits fauniques tels que les peaux de léopards et de lion. Le suspect est également marchand de chèvres à Ngong et affirme qu’il est « marabout ». Les mouvements de l’ivoire de la région du Nord vers Bertoua sont très inhabituels car, l’ivoire est généralement acheminé de la région de l’Est vers le Nord où il est introduit clandestinement au Nigeria. Des enquêtes antérieures avaient établi que l’ivoire saisi avait été dissimulée dans un camion transportant du bétail de Garoua pour Bertoua.

Selon la loi de 1994 régissant la faune, toute personne trouvée en détention de toute ou partie d’une espèce faunique protégée est considérée comme l’ayant abattu et est passible d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à trois ans et d’une amende pouvant atteindre jusqu’à 10 millions de francs. Le gouvernement du Cameroun travaille dur pour démanteler le commerce illégal de l’ivoire qui a d’autres ramifications, y compris les menaces à la sécurité. Les braconniers et les trafiquants ont la capacité de générer beaucoup d’argent à partir du trafic d’ivoire. Par conséquent ils ont les ressources pour installer l’insécurité et mettre en péril l’application de la loi faunique dans ces pays.

 

Abraham Ndjana Modo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.